MENU
Header image

Communiqués de presse


Barry ambassadeur de la prévention et du sauvetage

Le Saint-Bernard est partenaire de la candidature suisse à l’UNESCO

Sion – Aujourd’hui, l’UNESCO a officiellement accepté d’ajouter la «gestion du risque d’avalanche» à la Liste représentative du patrimoine immatériel de l’UNESCO. Il s’agit de la troisième candidature suisse, déposée cette fois-ci en commun avec l’Autriche. C’est une grande satisfaction pour la Fondation Barry du Grand-Saint-Bernard qui, en sa qualité de partenaire du projet, a voulu représenter et souligner les origines du rapport entre l’homme et les dangers liés aux avalanches et de la recherche sur le terrain à l’aide des célèbres chiens Saint-Bernard.

La menace collective que font peser les avalanches a donné naissance en Suisse et en Autriche à des formes communes de gestion du risque constitutives d’identité. Un vaste savoir empirique, scientifiquement prouvé, a ainsi été transmis au cours des siècles. Ces connaissances ancestrales évoluent sans cesse en combinant des pratiques historiques aux techniques les plus pointues.

L’Office fédéral de la culture (OFC) a préparé la candidature en collaboration avec des représentants du canton du Valais, de l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches SLF, du Club alpin suisse (CAS), de l’Association suisse des guides de montagne (ASGM), de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), ainsi que des associations et institutions autrichiennes. C’est la première fois que la Suisse dépose une candidature en vue de figurer sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel en collaboration avec un autre pays.

Autrefois, la mission des Saint-Bernard, au col du Grand-Saint-Bernard, était de porter secours aux voyageurs épuisés, égarés ou ensevelis sous la neige, puis de les mettre à l’abri. Les premiers chiens apparurent à l’Hospice entre 1660 et 1670. La race des «Saint-Bernard» serait le fruit d’un croisement entre différents chiens offerts aux religieux par les familles vaudoises et valaisannes. À l’origine, ils furent élevés pour faire office de chiens de garde et de défense, perpétuant ainsi la volonté de Bernard de Menthon, qui comptait faire de la montagne un refuge sûr. Or, cette race démontra rapidement des capacités surprenantes, secourant des pèlerins égarés le long du parcours et retrouvant les victimes d’avalanches. Les prouesses des chiens du Saint-Bernard figurent dans de nombreux documents.

On recourut à cette méthode bien avant de pouvoir localiser les personnes à l’aide d’instruments électroniques, avant l’arrivée des secours héliportés. Par le passé, les Saint-Bernard, forts de leur sens olfactif ultradéveloppé, de leurs capacités physiques et de leur résistance, servaient de chiens de sauvetage.

En 2005, la Fondation Barry a repris le chenil des célèbres Saint-Bernard des mains des chanoines du col éponyme. Depuis lors, la Fondation est propriétaire du plus ancien élevage au monde du chien national suisse. Le nom de la Fondation a été choisi en hommage à Barry, le légendaire chien de secours en avalanche: il vécut de 1800 à 1812 à l’Hospice et reste à l’évidence le chien de sauvetage le plus célèbre du col. En effet, il sauva la vie de plus de 40 personnes. Son histoire entourée de légendes a grandement contribué à la renommée du chien du Saint-Bernard.

Le chien national suisse a un grand cœur, adore le contact avec les êtres humains et il en a besoin. Il nous apporte son aide depuis des siècles déjà: autrefois comme chien de sauvetage, et aujourd’hui comme animal «thérapeute». Depuis 2012, la Fondation Barry mise avec succès sur les activités assistées par l’animal dans le secteur social. Elles englobent différents aspects: pédagogie assistée par les animaux - camps et programmes à long terme, activités assistées par les animaux – visites dans des maisons de retraite et des écoles, thérapie assistée par les animaux et concepts personnalisés pour vaincre sa peur des chiens.

«Les chanoines du Grand-Saint-Bernard et les célèbres chiens sont les piliers d’une longue histoire d’amitié et de collaboration dans le sauvetage en avalanche», affirme avec satisfaction Claudio Rossetti, directeur de la Fondation Barry. «Aujourd’hui, ces chiens, jouissant toujours d’une forte amitié avec l’homme, ont quitté la montagne pour se consacrer à d’autres champs et secteurs d’activité où proposer des interventions sociales et thérapeutiques. Nos Saint-Bernard partent en principe chaque jour en mission dans des institutions, hôpitaux, prisons ou écoles de Suisse. Nous sommes fiers de ce résultat et ravis d’avoir été pris en considération dans le cadre de ce projet pour l’UNESCO.»

La Fondation Barry organisera, à l’automne 2019 dans son musée Barryland de Martigny, une exposition dédiée à la candidature à l’UNESCO et, en particulier, aux activités de prévention et de sauvetage promues par les chanoines du Grand-Saint-Bernard ainsi qu’au rôle du chien Saint-Bernard.

Sur la photo: un Saint-Bernard dressé pour les recherches dans la neige (photo FB)

image

Le chenil de la Fondation Barry ouvre ses portes!

Dimanche 21 octobre, journée spéciale à Martigny

Opportunité unique à la Fondation Barry de Martigny: dimanche 21 octobre, de 12h00 à 17h00, le public aura la possibilité de visiter le chenil, de faire connaissance avec les nombreux Saint-Bernard, chiots et adultes, ainsi que de découvrir le travail exceptionnel qu’accomplissent les équipes en termes d’élevage, de dressage et de soins.

Barry vécut de 1800 à 1812 à l’Hospice et reste à l’évidence le chien de sauvetage le plus célèbre du col. En effet, il sauva la vie de plus de 40 personnes. Son histoire entourée de légendes a grandement contribué à la renommée du chien du Saint-Bernard. Pour cette raison, on trouve toujours, à l’Hospice, un chien baptisé Barry. En 1812, Barry, alors âgé, fut transféré à Berne, où il put jouir de soins optimaux et mourut de vieillesse deux ans plus tard. En 1815, on l’exposa au Musée d’histoire naturelle, le corps restauré de Barry I pouvant y être observé depuis 1923.

Dès sa création, la Fondation Barry s’est occupée de gérer l’élevage des célèbres chiens Saint-Bernard de l’Hospice du Grand-Saint-Bernard. Depuis le mois d’avril 2005, notre fondation est propriétaire de cet élevage âgé de 300 ans, considéré comme le plus ancien et le plus important du monde. En moyenne, entre 20 et 30 chiots de pedigree naissent chaque année au sein de cet élevage. Une équipe de professionnels s’assure de leur bien-être et de leur développement optimal, garantissant un dressage dans les règles de l’art. Bien qu’indispensables, l’amour et l’intuition ne suffisent pas à orienter le comportement des chiens dans la direction souhaitée. Ceci requiert des connaissances et des stratégies conscientes qui ouvrent un grand nombre de possibilités prometteuses.

Le chien national suisse a un cœur en or. Il adore le contact avec les êtres humains et il en a besoin. Il nous apporte son aide depuis des siècles déjà: autrefois comme chien de sauvetage, et aujourd’hui comme animal «thérapeute». Depuis 2012, la Fondation Barry mise avec succès sur les activités assistées par l’animal dans le secteur social. Elles englobent différents aspects: pédagogie assistée par les animaux - camps et programmes à long terme, activités assistées par les animaux – visites dans des maisons de retraite et des écoles, thérapie assistée par les animaux – concepts personnalisés pour vaincre sa peur des chiens.

Les «portes ouvertes du chenil de la Fondation Barry» auront lieu le dimanche 21 octobre, de 12h00 à 17h00. Outre une visite du centre, le programme réserve différentes activités et présentations. Dans ce contexte, des séances d’éducation et de dressage des chiens Saint-Bernard seront présentées toutes les heures, entre 12h30 et 16h30. À 15h30, le public aura la possibilité d’assister à une démonstration du travail des chiens dans le secteur social et thérapeutique. Diverses activités de dessin et d’animation sont prévues pour les plus petits, de 14h00 à 16h00. Sur place, une buvette proposant des spécialités ainsi que la boutique réunissant de nombreux articles cadeaux promus par la Fondation Barry seront à disposition des visiteurs. L’entrée à la manifestation est gratuite. Contributions et dons sont toujours les bienvenus. La journée peut être complétée par une visite du Barryland, l’attrayant musée de Martigny dédié au Saint-Bernard.

Le chenil de la Fondation Barry du Grand-Saint-Bernard est situé à la Route des Chantons 52 à Martigny. Les places de stationnement sont limitées. Pour toute information complémentaire, veuillez appeler le 058 720 53 50.

Contact média:

Deutsch / Italiano : Manuela Lanz, Tel. 058 317 77 12, manuela.lanz@fondation-barry.ch

Français / english: Sylviane Barras, Tel. 058 3177710, sylviane.barras@fondation-barry.ch

image

Barry, chien national suisse

Martigny, le 30 juillet 2018 – En 2017, le public a élu le Saint-Bernard animal symbolisant la Suisse. La Fondation Barry du Grand-Saint-Bernard, créée il y a 13 ans pour assurer l’avenir de la race suisse la plus célèbre au monde, a déclaré le 1eraoût, Fête nationale suisse, journée dédiée au Saint-Bernard et, en particulier, à son nouveau rôle dans les milieux social et thérapeutique. Pour marquer cette occasion, le directeur de la Fondation, Claudio Rossetti, est à la recherche de 30 ambassadeurs, élus par le public suisse, qui seront associés aux chiens de la fondation sise à Martigny.

L’élevage de l’Hospice du Grand-Saint-Bernard
Au XIe siècle, des chanoines fondèrent un hospice sur le Col du Grand-Saint-Bernard, à 2469 mètres d'altitude, avec pour vocation d’offrir un abri aux voyageurs et aux pèlerins. Les chanoines y gardaient, pour leur surveillance et leur protection, de grands chiens de montagne depuis la moitié du XVIIe siècle déjà. La présence de ces chiens est attestée depuis 1695 dans des documents graphiques et depuis 1707 par écrit dans un aide-mémoire de l’Hospice. Les chiens furent rapidement déployés pour accompagner les chanoines mais surtout pour sauver les voyageurs égarés dans la neige et le brouillard. Les chiens du Grand-Saint-Bernard ont sauvé la vie de nombreux individus, les protégeant contre la «mort blanche».

Barry, le père fondateur
Au XIXe siècle, des chroniques en différentes langues ainsi que des récits oraux de soldats qui, en 1800, franchirent le col aux côtés de Napoléon Bonaparte, firent la renommée dans toute l’Europe de Saint-Bernard (appelé à l’époque «chien Barry»). Le légendaire Barry devint alors l’archétype des chiens de sauvetage. Barry Ier vécut de 1800 à 1812 à l’Hospice et reste à l’évidence le chien de sauvetage le plus célèbre du col. En effet, il sauva la vie de plus de 40 personnes. Son histoire entourée de légendes a grandement contribué à la renommée du chien du Saint-Bernard.

Élu symbole suisse
En 2017, le public a élu le Saint-Bernard animal suisse par antonomase, devançant le bouquetin et la marmotte. «Le chien Saint-Bernard est l’ambassadeur idéal de la Suisse dans le monde», affirme Claudio Rossetti, directeur de la Fondation Barry. «Son aspect particulier, sa force, la douceur dans son regard, sa propension au sauvetage et à la bonne action, sans oublier… son entêtement caractéristique font du Saint-Bernard une icône et une marque reconnue dans le monde entier. Pour cette raison, nous proposons de rendre hommage au chien Saint-Bernard le premier août également. Le chien national suisse a un cœur d’or. Il adore le contact avec les êtres humains et il en a besoin. Il nous apporte son aide depuis des siècles déjà: autrefois comme chien de sauvetage, et aujourd’hui comme animal «thérapeute». Depuis 2012, la Fondation Barry mise avec succès sur les activités assistées par l’animal dans le secteur social. Elles englobent différents aspects: pédagogie assistée par les animaux – camps et programmes à long terme, activités assistées par les animaux – visites dans des maisons de retraite et des écoles, thérapie assistée par les animaux – concepts personnalisés pour vaincre sa peur des chiens. Afin de promouvoir cet important secteur d’activité, nous sommes à la recherche d’une série de personnalités suisses à qui «confier», en leur qualité d’ambassadeurs, l’un des 30 chiens Saint-Bernard de notre élevage. Le premier chien «adopté» est Barry, au service de Martin Nydegger, directeur de Suisse Tourisme. Ensemble, ils véhiculeront dans le monde les valeurs suisses et représenteront le caractère unique de notre pays sur les plans culturel et naturel». Les propositions de personnalités du monde de la culture, du sport et de la politique qui représentent les valeurs suisses sont à envoyer, d’ici fin août, à la Fondation Barry, à l’adresse concours@fondation-barry.ch.

Pour toute autre information, veuillez contacter:
Manuela Lanz, collaboratrice Média, Tél. +41 (0)58 317 77 12, e-mail media@fondation-barry.ch

image

Lever de rideau sur le nouveau "Théâtre Barry"

Martigny, le 21 avril 2018 – Le Barryland de Martigny, premier musée au monde dédié au chien du Saint-Bernard, accueille une nouvelle attraction innovante. À l’intérieur de l’espace baptisé "Barry Family" a été inauguré le nouveau «Théâtre Barry», où seront présentées en multimédia des histoires plantées dans le décor du Grand-Saint-Bernard. Le projet financé par des organismes privés et publics peut également se targuer de la contribution de l’entreprise Läderach, célèbre pour son chocolat délicat. Pour célébrer cette nouvelle attraction, des ateliers chocolat seront proposés, les samedi 21 et 28 avril, aux petits comme aux grands.


Barryland, musée vivant des chiens du Saint-Bernard à Martigny

Le Barryland se trouve à Martigny, à côté de l’amphithéâtre romain. L’ancien arsenal a été transformé en 2006 en musée vivant par une équipe d’architectes. Outre les objets d’art et nombreux témoignages de l’histoire du col ainsi que de l’Hospice du Grand-Saint-Bernard, les légendaires chiens Saint-Bernard constituent l’attraction principale du musée. Fort de ses quelque 70 000 visiteurs par an, le Barryland est la deuxième attraction du Valais. Le premier étage se consacre à l’histoire du Grand-Saint-Bernard, de son Hospice et de ses chiens. Depuis le 19ème siècle, de nombreuses légendes se sont tissées autour des chiens du Grand-Saint-Bernard. Le musée expose des objets et des témoignages des nombreux événements survenus au col, traversé au fil des siècles par moult voyageurs, notamment Hannibal et Napoléon. Les chiens de l’Hospice ont laissé leur empreinte dans la région et constituent donc l’élément central du musée. Les Saint-Bernard ont été des sujets photographiques très appréciés, comme le prouvent les nombreux clichés rassemblés jusqu’à ce jour. Compte parmi les éléments phare de l’exposition la présence des Barry dans la publicité, dans l’art ainsi que dans une grande collection de timbres de 85 pays différents. Au rez-de-chaussée se trouve l’espace réservé aux chiens vivants. Les niches sont reliées avec le terrain extérieur clôturé dans lequel les Barry peuvent gambader librement, pour le plaisir des visiteurs. Petits et grands peuvent également les caresser, assister aux soins ainsi qu’aux activités proposées par l’équipe de collaborateurs.

L’espace interactif "Barry Family"

Il ne s’agit pas uniquement d’une exposition interactive dédiée aux enfants, aux familles et aux écoles. En effet, il est plutôt question d’un espace permettant de vivre des moments riches en émotions par l’immersion dans le monde des Saint-Bernard. Nos jeunes visiteurs ont également la possibilité de découvrir la région d’origine des Barry, avec tous ses attraits. Les enfants peuvent y jouer, y dessiner et, à l’intérieur de l’amphithéâtre, découvrir en direct comment se comporte un chien ainsi qu’apprendre quelques anecdotes sur la race, le comportement et le dressage de nos amis à quatre pattes. Une expérience inoubliable pour toute la famille.

Le nouveau "Théâtre Barry"

Pour compléter l’offre de l’attrayant espace dédié aux enfants, un théâtre multimédia a été créé à l’intention des plus petits, qui présentera les différentes histoires liées aux chiens de l’Hospice. Les protagonistes sont Filou, Balou et Loulou, trois chiots sympathiques désireux de découvrir le col fascinant du Grand-Saint-Bernard. Ils vont vivre de petites aventures: rencontrer une marmotte, traverser le lac sur une plaque de glace, voler en montgolfière... Mais nous ne voulons pas trop vous en révéler. Le concept graphique adopté par le groupe de travail dirigé par Claudio Rossetti, directeur de la Fondation Barry, et composé d’Andreas Schwab, responsable d’expositions, de l’illustratrice Andrea Peter et du technicien en infographie Gaël Papilloud, s’inspire du «silent book», le livre sans mots. «Nous vivons dans une société où tout est décrit et raconté dans le détail», explique Claudio Rossetti. «Pour notre part, nous voulions justement une attraction qui pousse le public à observer et à déceler les détails». La scène du théâtre, composée d’éléments graphiques représentant la région de l’Hospice de nos jours, est complétée par d’innombrables détails scénographiques et environnementaux projetés sur une toile. Mais ce n’est pas tout: de nombreux personnages humains et animaux y sont insérés pour animer la scène. Le plus fascinant, c’est la possibilité quasi illimitée de raconter des histoires en essayant de retracer les origines de la présence du personnage ou de l’action en cours. De plus, les enfants plus jeunes peuvent simplement, de leurs yeux curieux, observer les scènes s’ils aiment se perdre à contempler les détails. «Il s’agit d’une transposition pratique de ce que l’on appelle, en allemand, le Wimmelbuch», ajoute Andras Schwab, initiateur du projet. Une attraction qui vise à inciter le public à entraîner, à stimuler et à jouer avec son imagination.» Se perdre dans les différentes situations, imaginer le pourquoi et le comment de certains comportements, rêvasser sur qui est qui, qui fait quoi, qu’est-ce qu’il adviendra. «Le nouveau théâtre représente une association entre structure traditionnelle ‘analogique’, composée d’une scénographie sur une scène, et un système numérique de projection», complète Gaël Papilloud, de la société Créactif. Les scènes qui grouillent de vie plongeront les enfants dans la nature, les saisons, les différents environnements naturels et leur feront découvrir la région du col du Grand-Sain-Bernard, avec tous ses protagonistes: les chiens Saint-Bernard, les chanoines de l’Hospice, les touristes.»

Des partenaires sucrés et nourrissants

Le projet a été rendu possible grâce à la généreuse contribution de la Loterie romande, au soutien de la ville de Martigny et des communes de l’Entremont, des agences de sous-traitance et du partenariat stratégique avec les organisations touristiques de Verbier, Pays du Saint-Bernard et Martigny. Le "Théâtre Barry" peut également se targuer du parrainage de Läderach. Cette entreprise sise dans le canton de Glaris est, depuis trois générations, synonyme de chocolat artisanal de qualité supérieure. «Aux côtés de Barry, ambassadeur suisse, le chocolat ne pouvait pas manquer», explique Andreas Trümpler, responsable du marketing chez Läderach. Nous sommes très fiers d’avoir donné vie à cette nouvelle collaboration avec la Fondation Barry. Nous accueillerons, dans l’assortiment de nos boutiques, un chiot Saint-Bernard sucré à savourer dans la tête aux pattes».

Pour adoucir les festivités centrées sur cette nouvelle attraction, Läderach propose, les samedis 21 et 28 avril au Barryland, des ateliers durant lesquels le public pourra réaliser ses propres Barry en chocolat!

image

De chiots à personnages du «Théâtre Barry»

Martigny, le 30 juillet 2018 – «Trois chiots trouveront une ‘occupation’ dans la nouvelle exposition ‘Barry Family’, au deuxième étage du Barryland à Martigny», annonce, satisfait, Claudio Rossetti, directeur de la Fondation Barry. «Cet espace propose aux enfants et à leurs familles des moments interactifs et émouvants, les immergeant dans l’univers du Saint-Bernard, en particulier la région d’origine des Barry».

Les enfants peuvent y jouer, y dessiner et, à l’intérieur de l’amphithéâtre, découvrir comment se comporte un chien ainsi qu’apprendre quelques anecdotes sur la race, le comportement et le dressage de nos amis à quatre pattes. Une expérience inoubliable pour toute la famille. Forts de notre collaboration avec l’entreprise Läderach – Chocolatier suisse, nous serons en mesure, avec le concours de l’illustratrice Andrea Peter, assistée par le responsable de l’exposition Andreas Schwab, de créer le «Théâtre Barry», qui racontera toute une série de récits divertissants se déroulant aux alentours du Col du Grand-Saint-Bernard. Trois chiots Saint-Bernard en seront les protagonistes: ils seront transférés du chenil au théâtre sous forme de personnages animés pour divertir les enfants à partir du 21 avril 2018.

Avec un message à l’adresse concours@fondation-barry.ch ou sur le site www.laederach.com vous pouvez baptiser les chiens et, avec un peu de chance, remporter un séjour à l’Hospice du Grand-Saint-Bernard, une entrée au Barryland ou une douce surprise. Le concours s'adresse à tous et dure jusqu’à fin février 2018.

image

Nouvelle portée et concours à Barryland

Martigny, le 1er février 2018 – L’année 2017 entrera sans conteste dans l’histoire de la Fondation Barry: le public a élu le chien du Saint-Bernard animal symbolisant la Suisse, et 42 chiots sont nés à Martigny. La dernière portée de 9 chiots, 5 femelles et 4 mâles, rencontrera, après une période de 6 semaines, le public au Barryland de Martigny dès le samedi 3 février. À cette occasion sera lancé un concours visant à baptiser trois de ces sympathiques Saint-Bernards, destinés à devenir les personnages du «Théâtre Barry» dont le rideau se lèvera en avril prochain.

L’élevage de l’Hospice du Grand-Saint-Bernard
Au XIe siècle, des chanoines fondèrent un hospice sur le Col du Grand-Saint-Bernard, à 2469 mètres d’altitude, avec pour vocation d’offrir un abri aux voyageurs et aux pèlerins. Les chanoines y gardaient, pour leur surveillance et leur protection, de grands chiens de montagne depuis la moitié du XVIIe siècle déjà. La présence de ces chiens est attestée depuis 1695 dans des documents graphiques et depuis 1707 par écrit dans un aide-mémoire de l’Hospice. Les chiens furent rapidement déployés pour accompagner les chanoines mais surtout pour sauver les voyageurs égarés dans la neige et le brouillard. Les chiens du Grand-Saint-Bernard ont sauvé la vie de nombreux individus, les protégeant contre la «mort blanche».

L’importance du rôle de la Fondation Barry
En 2005, la Fondation Barry reprend le chenil des célèbres Saint-Bernard des mains des chanoines du col éponyme. Depuis lors, la Fondation est propriétaire du plus ancien élevage au monde du chien national suisse. De fait, le nom de la Fondation a été choisi en hommage à Barry, le légendaire chien de secours en avalanche. La tâche de la Fondation consiste à perpétuer l’élevage plus que tricentenaire sur le lieu d’origine des Saint-Bernard et de préserver l’espèce particulière des chiens de l’Hospice. Dans le respect de la tradition du Col du Grand-Saint-Bernard, la Fondation élève surtout l’espèce à poil court. Chaque année, plusieurs portées viennent enrichir l’arbre généalogique des Barry du chenil. Une équipe composée de gardiens d’animaux professionnels, d'un vétérinaire et d’un spécialiste de la race veille au bien-être des chiens et à leur développement optimal. L’année 2017 peut se targuer de 5 portées, avec la naissance de 42 chiots du Saint-Bernard au total.

Une césarienne pour sauver la mère et ses petits
Quelques jours avant les Fêtes de Noël, le 21 décembre, maman Djanga et papa Kashmir ont donné naissance aux derniers chiots de l’année 2017. «La mise bas a été difficile», affirme Manuel Gaillard, responsable de l’élevage de la Fondation Barry. «Après toute une série d’évaluations réalisées avec notre équipe de vétérinaires, nous avons décidé d’intervenir en procédant à une césarienne. L’état de la chienne était instable, et le risque de les perdre, elle et les chiots, était trop grand.» L’intervention a eu lieu à 19 h à la clinique vétérinaire de Sion assisté par la collaboratrice du chenil, Déborah Dini. «Nous sommes ravis que la famille de nos chiots s’agrandisse», a expliqué la gardienne d’animaux. «Djanga est une mère merveilleuse, qui s’occupe avec amour de sa première portée.» Les cinq femelles et les quatre mâles pesaient, à leur naissance, entre 500 g et 610 g. Et ce sont surtout eux qui donnent aux gardiennes du pain sur la planche. «Pour aider la mère, nous nourrissons aussi les petits au biberon.» Le public pourra découvrir ces sympathiques chiots du Saint-Bernard au Barryland – Musée et Chiens du Saint-Bernard à Martigny dès le 3 février, tous les jours de 10h00 à 18h00. Les chiots y resteront pour une période de socialisation de 10 semaines, après quoi la plupart d’entre eux quitteront la Fondation Barry pour aller vivre avec leurs nouvelles familles. «Nous garderons au moins un chiot pour nos activités sociales», assure Manuel Gaillard, responsable de l’élevage. Grâce à des webcams, les personnes intéressées peuvent admirer les chiots dès maintenant sur notre site www.fondation-barry.ch.

De chiots à personnages du «Théâtre Barry»
«Trois chiots trouveront une ‘occupation’ dans la nouvelle exposition ‘Barry Family’, au deuxième étage du Barryland à Martigny», annonce, satisfait, Claudio Rossetti, directeur de la Fondation Barry. «Cet espace propose aux enfants et à leurs familles des moments interactifs et émouvants, les immergeant dans l’univers du Saint-Bernard, en particulier la région d’origine des Barry». Les enfants peuvent y jouer, y dessiner et, à l’intérieur de l’amphithéâtre, découvrir comment se comporte un chien ainsi qu’apprendre quelques anecdotes sur la race, le comportement et le dressage de nos amis à quatre pattes. Une expérience inoubliable pour toute la famille. Forts de notre collaboration avec l’entreprise Läderach – Chocolatier suisse, nous serons en mesure, avec le concours de l’illustratrice Andrea Peter, assistée par le responsable de l’exposition Andreas Schwab, de créer le «Théâtre Barry», qui racontera toute une série de récits divertissants se déroulant aux alentours du Col du Grand-Saint-Bernard. Trois chiots Saint-Bernard en seront les protagonistes: ils seront transférés du chenil au théâtre sous forme de personnages animés pour divertir les enfants à partir du 21 avril 2018. Dans l’intervalle, le public a la possibilité de donner un nom aux trois chiots. Sur les sites www.fondation-barry.ch et www.laederach.com, ils peuvent baptiser les chiens et, avec un peu de chance, remporter un séjour à l’Hospice du Grand-Saint-Bernard, une entrée au Barryland ou une douce surprise. Le concours s'adresse à tous et dure jusqu’à fin février 2018.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:
Manuela Lanz, collaboratrice Média, Fondation Barry du Grand-Saint-Bernard, Tél. +41 (0)76 462 97 28, E-mail media@fondation-barry.ch, www.fondation-barry.ch

image

Barry, l’ambassadeur du tourisme suisse

Zurich, le 21 décembre 2017 – Chiot Saint-Bernard adopté aujourd’hui à Zurich
En 2017, le public a élu le Saint-Bernard animal symbolisant la Suisse. La Fondation Barry du Grand-Saint-Bernard, crée il y a 12 ans pour assurer l’avenir du chien suisse la plus célèbre au monde, a décidé de d’offrir un parrainage du chiot «Barry du Grand-Saint-Bernard», nouveau représentant de l’élevage de l’Hospice, à Martin Nydegger, nouveau directeur de Suisse Tourisme. Ont participé à la cérémonie, qui s’est tenue à Zurich, Claudio Rossetti, directeur de la Fondation Barry, et Manuel Gaillard, responsable de l’élevage. D’autres parrainages suivront courant 2018 dans le cadre du projet «Barry on Mission».

image

Barry, la tradition se poursuit

Martigny, le 13 septembre 2018 – La semaine dernière, le Saint-Bernard baptisé «Suisse» était à l’honneur de la fête traditionnelle 2017 d’Unspunnen. Aujourd’hui, la Fondation Barry est fière d’annoncer la naissance d’une nouvelle portée de 12 chiots. Le public aura la possibilité de faire leur connaissance à Barryland, à Martigny, à partir du 25 septembre. Une occasion de participer à la Désalpe 2017, qui se tiendra le dimanche 1er octobre. Et la tradition se poursuit.

Il y a 12 ans, la Fondation Barry reprenait le chenil des chanoines du Col du Grand-Saint-Bernard, devenant alors le propriétaire de l’élevage du chien national suisse le plus vieux du monde. 2017 sera sans conteste une année particulière pour les Saint-Bernard: élus par le public suisse animal national et ambassadeur de notre pays, 2017 restera gravée dans les mémoires, avec la naissance de 32 chiots Saint-Bernard à l’hospice. Deux portées ont vu le jour en août: 4 chiots nés de la chienne «Malta» et, à présent, 8 de «Nevada», avec 6 femelles et 6 mâles, pour une parfaite parité.

L’été, sur le point de s’achever, avec des températures un peu plus fraîches au col, a beaucoup plu aux Saint-Bernard. Plus de 25 milles personnes leur ont rendu visite dans leur résidence d’été, où elles ont pu admirer le nouveau chenil demandé par les chanoines, participer aux promenades quotidiennes dans la région, assister à la séance d’apprentissage d’astuces, suivre les conseils des guides et, bien entendu, découvrir les vestiges du petit musée des chanoines, avec son exposition temporaire «Barry & Cie», dédiée surtout aux activités sociales organisées par la Fondation Barry.

Cette année encore, la Fondation Barry réorganise la transhumance du Saint-Bernard, l’occasion idéale pour accompagner les chiens du col à la plaine, le long du parcours historique de la Via Francigena. Les Saint-Bernard parcouraient déjà ce tronçon chaque jour il y a plus de 250 ans avec les «marronniers» (assistants de l’hospice), à la recherche de personnes égarées ou accompagnant les pèlerins en toute sécurité le long des sentiers de montagne truffés d’obstacles. L’initiative de la désalpe sous-tend un projet promu par la Fondation Barry, visant à faire revivre, avec l’aide des sympathiques chiens Saint-Bernard, une tradition suisse vraiment unique et importante. «La journée organisée pour conclure la saison d’été sur le col du Grand-Saint-Bernard constitue un moment idéal pour côtoyer nos chiens et obtenir, en parallèle, des informations sur la race, le comportement et les activités promues par notre organisation dans le secteur social», a expliqué Claudio Rossetti, directeur de la Fondation Barry. «Depuis quelques années, nos chiens effectuent, en moyenne en Suisse, une visite par jour à une maison de retraite, une clinique, une école ou alors participent à un camp avec des enfants aux besoins particuliers. Une équipe de collaborateurs et bénévoles formés se chargent de ces activités, conférant au Saint-Bernard un nouveau rôle, celui de sauveteur de l’âme.»

Pour toute information ou inscription à la désalpe, veuillez vous adresser à la Fondation Barry du Grand-Saint-Bernard: tél. +41 (0)27 722 65 42 ou par e-mail info@fondation-barry.ch.

Barryland, à Martigny, avec son exposition historique, l’espace animation pour enfants «Barry Family» et son chenil se trouvent à la Rue du Levant 34. Le site est ouvert tous les jours, de 10h00 à 18h00. Informations sur: www.barryland.ch.

image

Barry on Mission

Martigny, le 29 août 2018 – Workshop réalisé en collaboration avec l’Association des photographes professionnels et photodesigners suisses SBF. La Fondation Barry du Grand-Saint-Bernard, en collaboration avec l’Association des photographes professionnels et photodesigners suisses, organise, durant le week-end du 29 septembre au 1er octobre, un camp de formation au Col du Grand-Saint-Bernard, avec pour sujet «Barry on Mission». Dirigé par des photographes professionnels et accompagné par des spécialistes de la Fondation Barry, ce camp offre la possibilité à un groupe de 15 photographes en formation en Suisse (apprentis et étudiants d’écoles reconnues en Suisse) de soumettre et de défendre un projet photographique et de le voir se réaliser.

Les origines
Au XIe siècle, des chanoines fondèrent un hospice sur le Col du Grand-Saint-Bernard, à 2469 mètres d’altitude, avec pour vocation d’offrir un abri aux voyageurs et aux pèlerins. Les chanoines y gardaient, pour leur surveillance et leur protection, de grands chiens de montagne depuis la moitié du XVIIe siècle déjà. La présence de ces chiens est attestée depuis 1695 dans des documents graphiques et depuis 1707 par écrit dans un aide-mémoire de l’Hospice. Les chiens furent rapidement déployés pour accompagner les chanoines mais surtout pour sauver les voyageurs égarés dans la neige et le brouillard. Les chiens du Grand-Saint-Bernard ont sauvé la vie de nombreux individus, les protégeant contre la «mort blanche». Au XIXe siècle, des chroniques en différentes langues ainsi que des récits oraux de soldats qui, en 1800, franchirent le Col aux côtés de Napoléon Bonaparte, firent la renommée dans toute l’Europe de Saint-Bernard (appelé à l’époque «chien Barry»). Le légendaire Barry devint alors l’archétype des chiens de sauvetage.

L’histoire du légendaire Barry
Barry vécut de 1800 à 1812 à l’Hospice et reste à l’évidence le chien de sauvetage le plus célèbre du Col. En effet, il sauva la vie de plus de 40 personnes. Son histoire entourée de légendes a grandement contribué à la renommée du chien du Saint-Bernard. Pour cette raison, on trouve toujours, à l’Hospice, un chien baptisé Barry.

La Fondation Barry du Grand-Saint-Bernard
En 2005, la Fondation Barry reprend le chenil des célèbres Saint-Bernard des mains des chanoines du Col éponyme. Depuis lors, la Fondation est propriétaire du plus ancien élevage au monde du chien national suisse.

De fait, le nom de la Fondation a été choisi en hommage à Barry, le légendaire chien de secours en avalanche. La tâche de la Fondation consiste à perpétuer l’élevage plus que tricentenaire sur le lieu d’origine des Saint-Bernard et de préserver l’espèce particulière des chiens de l’Hospice.

La mission de la Fondatin Barry : assurer la pérennité des fameux et légendaires chiens du Grand-St-Bernard par un élevage basé sur des principes éthiques et scientifiques, maintenir l’espèce typique des chiens de l’Hospice, garantir la présence de nos chiens dans leur lieu d’origine, au Col du Grand-St-Bernard, êre reconnu en Suisse et dans le monde entier comme une référence en matière d’élevage et faire comprendre au public que les chiens de l’Hospice (le chien Saint-Bernard) représentent un bien culturel suisse mais aussi le symbole de l’amitié entre le chien et l’être humain.

La nouvelle fonction sociale du Saint-Bernard
Nous avons introduit en 2007 les premières visites dans des maisons de retraite avec des chiens d’assistance thérapeutique. Les Saint-Bernard se prêtent à merveille à cette mission, raison pour laquelle nous multiplions en continu les activités dans ce domaine. Nous effectuons des visites régulières, d’une demi-heure, ainsi que quelques visites ponctuelles.

Actuellement, nous visitons régulièrement plus de sept maisons de retraite et centres pour personnes handicapées. L’une de nos activités spéciales consiste à organiser et à réaliser des camps de vacances pour enfants et adolescents dans la région du Col du Grand-Saint-Bernard. L’idée est simple: les Saint-Bernard aident les enfants ayant des troubles du comportement à mieux communiquer. L’objectif primaire de ces camps est d’améliorer le bien-être des enfants et des adolescents atteints de troubles physiques ou mentaux grâce au contact et au travail intense avec nos chiens. Les premières expériences réalisées ont démontré que les jeunes réagissaient très bien à la présence des Saint-Bernard.

Le workshop photographique
La Fondation Barry du Grand-Saint-Bernard, en collaboration avec l’Association des photographes professionnels et photodesigners suisses, organise, durant le week-end du 29 septembre au 1er octobre, un camp de formation au Col du Grand-Saint-Bernard, avec pour sujet «Barry on Mission». Dirigé par des photographes professionnels et accompagné par des spécialistes de la Fondation Barry, ce camp offre la possibilité à un groupe de 15 photographes en formation en Suisse (apprentis et étudiants d’écoles reconnues en Suisse) de soumettre et de défendre un projet photographique et de le voir se réaliser. Le camp est gratuit. Seuls les frais de transfert jusqu’ici à Martigny sont à la charge des participants.

Objectif
Les clichés pris dans la résidence historique des Saint-Bernard seront dévoilés dans le cadre d’une exposition photographique «Barry on Mission» avec pour but de présenter, en suivant les cinq sens (ouïe, odorat, toucher, goût et vue), les différents rôles du chien suisse par antonomase: sauveur, guide, animal social et de compagnie. Les photographies présentées seront uniquement utilisées dans le cadre de l’exposition. La Fondation Barry, si elle le juge utile, pourra contacter le photographe pour lui proposer une autre collaboration.

Inscription
Afin de participer au camp photographique «Barry in Mission» il suffit d’envoyer la candidature à l’adresse suivante: Fondation Barry du Grand-Saint-Bernard, Rue du Levant 34, 1920 Martigny (e-mail info@fondation-barry.ch, www.fondation-barry.ch). Le candidat doit suivre une formation dans le domaine de la photographie et être en possession de l’équipement.

Contact pour les médias: Claudio Rossetti, Directeur Fondation Barry (tél. 079 444 27 55, e-mail rossetti@fondation-barry.ch)

image

Cela pourrait aussi vous intéresser

preview image for next content

Barry News

Barry News

Votre don – une aide précieuse !

Fb Spenden

Don

Fb Spenden Patenschaften

Parrainage

Fb Spenden Stiftungen

Don pour occupation canine

Fb Spenden Legate

Héritages et legs

Fb Spenden Unternehmen

Entreprises

Spenden Sie jetzt